dans la marge le site

Accueil du site Géographica L’humanité durable Deux livres sur le développement, une vieille idée qui redevient cruciale (...)

Deux livres sur le développement, une vieille idée qui redevient cruciale !

Publié le jeudi 13 juillet 2006

Mancebo François - Le développement durable - Collection U - Armand Colin - Paris - 2006 -

Treillet Stéphanie - L’économie du développement ; de Bandoeng à la mondialisation - Collection Circa - Armand Colin - 2ème édition - Paris - 2005

La floraison de propos et de textes sur le « développement durable », la propagande institutionnelle avec sa « semaine du développement durable », la récupération politique sont autant de signaux forts qui doivent nous inciter à réfléchir en profondeur sur ce qui est en train de devenir le concept fourre-tout de notre époque (un peu comme la défunte « fracture sociale » d’Olivier Todd au milieu des années 1990).

(JPG)

François Mancebo a écrit un livre sérieux qui satisfera le géographe sérieux. Son ouvrage dispose en effet de 250 pages pour mener la discussion, format qui permet enfin d’aller au cœur de ce sujet très complexe. Son livre est construit en deux parties très équilibrées (ah ! la culture universitaire quand même !...). La première fait l’inventaire de la notion et n’évite pas les questions qui fâchent : ainsi le chapitre deux est titré « Evaluations approximatives et formulations excessives » et dénonce assez bien le danger du bla-bla-bla qui peut tenir lieu de pensée et d’action en ce domaine. Le troisième et dernier chapitre, titré « Trois dilemmes fondateurs » évoque à bon escient les points nodaux du problèmes : la gouvernance locale, la durabilité et les ressources. Une bonne partie qui fait réfléchir et donne des outils. La seconde partie va plus loin ; sobrement titrée « Des clés pour penser du développement durable », elle reprend les trois points centraux présentés plus haut et les met en action, en s’appuyant sur des exemples concrets. Dans chaque chapitre la discussion est ouverte. Le livre se clôt par une orientation bibliographique et un glossaire utile en la matière. Voici incontestablement un bon manuel moderne, qui ne débite pas une vulgate mais cherche à faire penser, sur un sujet qui fait faussement consensus parce que rarement approfondi. A recommander à tous ceux qui ont des cours, des conférences ou des débats sur le sujet à préparer. Il est réconfortant de voir que les géographes s’inscrivent dans cette discussion avec un livre qui tient la route.

(JPG)

Parler du « développement durable » consiste bien sûr à croiser deux concepts lourds des sciences de la vie et humaines : le développement et la durabilité écologique. Le livre de Stéphanie Treillet est une refonte d’un livre paru en 2002 ; cette nouvelle édition intègre évidemment l’incontournable mondialisation et le développement durable. Il s’agit d’un livre d’économie, donc offrant un angle d’approche différent de celui du géographe, ce qui ne peut qu’enrichir notre compréhension, par essence synthétique. Le livre se situe volontairement dans l’optique d’un monde qui émerge avec la décolonisation massive des années 1950-1960, d’où le sous-titre. Ce faisant il permet de toucher du doigt le problème le plus épineux actuellement en ce qui concerne le développement : le poids d’un modèle occidental unique de plus en plus contesté. Les diverses stratégies sont évoquées, comme la notion de modèle, ce qui permet d‘aborder des thèmes plus neufs que les antiennes habituelles : la place des femmes, par exemple. Environ la moitié de l’ouvrage est alors consacré, in fine, à la nouvelle économie du développement, où l’auteur aborde à la fois le poids des modèles imposés (ajustements structurels du FMI), la mondialisation (un assez bon résumé des traits économiques majeurs) et le développement durable. Le dernier chapitre s’interroge sur l’avenir des stratégies nouvelles, en montrant le flou actuel de la situation face au développement. Là aussi un livre assez ouvert, truffé de bon documents dans le corpus du texte (c’est la collection qui veut ça), lesquels sont très utilisables comme supports de cours ou de travail personnel. Un livre dense par son contenu mais assez aisé à lire. Une bonne référence à conseiller aux étudiants qui veulent mieux comprendre l’économie contemporaine en y incluant les questions environnementales et sociales.

Les deux livres associés permettent de disposer d’une très bonne base de documentation, que l’on soit professeur ou étudiant chevronné. Des ouvrages sérieux mais pas pompeux. Trouveront à juste titre leur place dans la bibliothèque d’un honnête homme géographe.

Jean-Michel Dauriac




repondre à l'articleimprimer l'article






Plan du site avec articles.
RSS 2.0

Mes autres sites :
 Bibliathèque
 Pensée libre
 Little Romania
 Musiques et Mots
 Le Blog à Jean-mi