dans la marge le site

Accueil du site Géographica L’humanité durable Effondrement - Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur (...)

Effondrement - Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie - Jared Diamond - Gallimard essais - 2006

Un livre capital pour approcher la question du développement et de l’écologie aujourd’hui
Publié le dimanche 19 août 2007

Effondrement Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie

Jared Diamond Gallimard – NRF essais Trad : Agnès Botz & J.Luc Fidel 648 pages – Paris 2006 2005 édition américaine

Assurément un très grand livre, de ceux qui font date dans la vie intellectuelle, suscitant discussions et controverses. Ce gros ouvrage, extrêmement dense, reproduit un cours donné à l’Université de Californie, à Los Angeles par l’auteur qui y est professeur de géographie. Il est aussi anthropologue et ethnobiologiste. Ce livre constitue le troisième volet d’une trilogie de fond, commencée avec « Le troisième chimpanzé » et poursuivie avec « De l’inégalité parmi les sociétés », deux livres également publiés chez Gallimard dans la même collection.

(JPG)

Le sous-titre énonce l’ambition prométhéenne de l’auteur dans cet ouvrage. Il s’agit d’essayer de donner une grille de décodage des histoires tragiques ou réussies de certaines civilisations qui ont valeur d’exemplarité, soit par leur réussite, soit par leur échec. Une telle démarche implique bien évidemment de poser les bases d’une démarche d’étude avec des principes et des critères qui soient transversaux et au-dessus des exemples. Si l’expression « sciences humaines » a un sens – ce dont je suis très modérément convaincu, compte tenu de l’oxymore de cette expression - alors voici le cas ou jamais de l’employer, tant la démarche est réfléchie et étayée par une méthodologie soignée et pointilleuse

Le prologue présente cette démarche à partir de ce qui sera l’étude de cas la plus détaillée du livre, celle des sociétés Vikings du Groëland au Moyen Age. Très synthétiquement, Jared Diamond formule une liste de huit processus par lesquels les sociétés détruisent leur environnement et se mettent en danger (il n’y en a en fait que sept, c’est une des petites erreurs de relecture du manuscrit). Voici cette liste :

1. la déforestation et la restructuration de l’habitat,

2. les problèmes liés au sol,

3. la gestion de l’eau,

4. la chasse excessive,

5. la pêche excessive,

6. l’introduction d’espèces allogènes parmi les espèces autochtones,

7. la croissance démographique et l’impact humain par habitant.

La simple lecture de cette liste nous permet déjà de remarquer son caractère très général et, malheureusement, intemporel. Diamond pose aussi un principe anthropologique indispensable mais difficile à saisir pour certains analystes, l’identité fixe de l’homme depuis ses origines ; il réfute le mythe du « bon sauvage ».

«  Gérer les ressources naturelles de façon durable a toujours été très difficile, depuis que l’Homo Sapiens, il y a environ cinquante mille ans, a commencé à faire preuve d’une inventivité, d’une efficacité et de techniques de chasse nouvelles. » page 21.

Donc on peut établir des comparaisons dans le temps, car il y a unicité de la nature humaine, même si les moyens techniques sont incomparables.

Ensuite, de ses travaux d’approche sur chaque cas, il a tiré cinq facteurs potentiellement à l’œuvre dans tout effondrement environnemental.

1. Dommages environnementaux,

2. changement climatique,

3. voisins hostiles,

4. partenaires commerciaux amicaux

le cinquième facteur est une synthèse variable :

5. réponses apportées par une société à ses problèmes environnementaux.

C’est à partir de ces deux grilles d’analyse cumulées qu’il va mener sa démarche à travers toute une série d’exemples très divers. Il a, en effet, voulu choisir des sociétés de tailles humaines très disparates, habitant des territoires d’étendues très contrastées, sous des climats et dans des milieux dissemblables, à des époques diverses, afin de désarmer préventivement les critiques qui auraient pu naître en cas de choix trop limités et homogènes. Ce sont ces choix divers qui expliquent la pagination impressionnante du livre. De plus, il a construit son cours, et après lui son livre, dans une démarche didactique qui en fait la valeur actuelle, avec un plan rigoureux destiné à tenir en haleine l’auditoire initial, qui est un public estudiantin américain, rappelons-le.

Le plan ne cherche donc nullement cet espèce d’équilibre des parties qui fait le bonheur et la sclérose des rhétoriciens professionnels. Il cherche l’efficacité démonstrative et l’intérêt du public. Voici résumé le plan général de l’ouvrage.

Prologue : on pose les bases de la démarche et les outils théoriques à partir de l’exemple de deux fermes vikings.

Partie I : Le Montana contemporain :

est ici étudié l’exemple d’un Etat américain qui est très à la mode chez les Californiens et dans le monde intellectuel américain, présenté comme un paradis pour le retour à la vérité de la Nature. Diamond utilise sa grille de lecture double et dresse un portrait qui fait fait froid dans le dos sur l’Etat où, justement, le Parc National des Glaciers fond comme beurre en motte. Destiné à marquer les esprits de ses lecteurs-auditeurs pour leur montrer qu’il faut aller au-delà des apparences. [L’équivalent français du Montana pourrait être le Limousin ou la zone pyrénéenne].

Partie II : Les sociétés du passé. :

présentent successivement et de manière fort inégale dans le détail cinq sociétés des temps historiques qui ont toutes eu des graves problèmes avec leur environnement, et dont certaines ont disparu alors que d’autres ont survécu en vivotant. Trois exemples sont très connus et ont fait la célébrité de Diamond, surtout le dernier d’ailleurs : Les Pascuans, les Mayas et les Vikings du Groënland. Il développe beaucoup plus l’exemple viking, qui occupe cent pages denses en trois chapitres, alors que l’île de Pâques occupe une cinquantaine de pages ; à l’inverse, d’autres sociétés sont présentées plus rapidement, soit qu’il dispose de moins d’informations, soit que les cas soient plus simples. Ce sont les indiens Anasazis (vingt-cinq pages) ou les insulaires de Pitcairn et Henderson (vingt pages). Dans cette partie, les exemples pascuans et vikings sont remarquablement documentés et ne peuvent être attaqués de ce côté-là.. Cette partie se clôt par une synthèse, comme tout bon professeur en fait de temps en temps dans l’avancement d’un cours dense et original, afin de stabiliser son public et de se donner à lui-même du courage pour aller de l’avant.

Partie III : Les sociétés contemporaines :

donnent à étudier des cas divers au nombre de quatre : le Rwanda et son génocide, l’île de Haïti-Saint-Domingue, la Chine et l’Australie. C’est sans doute sur cette partie-là qu’il a été le plus criticable et critiqué, car il s’est attaqué, notamment en parlant de la Chine, à un pays qui est sous le feu des analystes depuis deux décennies et sur lequel existe une littérature très inégale, mais énorme. Effectivement, son chapitre sur la Chine n’a pas la densité et la nouveauté de ceux sur les Vikings du Groënland, mais il est une honnête synthèse documentée sur les dangers qui menacent la Chine et que beaucoup de commentateurs, aveuglés par la croissance à deux chiffres du pays, ne voient absolument pas. Le plus réussi de ces chapitres me semble être celui sur la dualité Haïti/Saint-Dominque où il établit le fait que la nature est loin de tout faire dans ces évolutions, comme les déterministes purs voudraient le croire. L’intérêt de cette seconde partie est de nous confronter au présent et de nous obliger, en usant des faits dégagés dans la partie précédente, à une certaine objectivité. Logiquement, ensuite s’ouvre une partie-bilan et prospective.

Partie IV : Leçons pratiques :

mène en trois temps une analyse synthétique qui se veut opérationnelle dans l’action concrète. Le premier temps reprend le bilan global du passé et du présent et, inévitablement, amène quelques répétitions, puisque la synthèse partielle avait été faite à la fin de la partie II. Mais c’est un chapitre d’une vingtaine de pages, on peut le lire en diagonale, éventuellement. Le second temps est passionnant et dense. Il mêle la réflexion, l’étude de cas et la prospective. Diamond étudie ici « La grande entreprise et l’environnement », à partir de grands exemples dans le domaine du pétrole, de la forêt, des mines. Il cite les entreprises qui servent de référence : Pertamina, entreprise indéonésienne et Chevron, américaine pour le pétrole, BHP, Pegasus Gold Inc., Galactic Resources,Asarco et ARCO pour les mines, les compagnies forestières ne sont pas détaillées, leur taille étant plus modeste, Unilever est cité pour la pêche, mais là aussi les opérateurs sont nombreux et hétérogènes. Ce chapitre montre des réussites éclatantes et des échecs tout aussi nets. On y comprend nettement que Diamond est un bon américain, pétri de respect pour le capitalisme et la grande entrprise, qui est souvent très coopérative avec lui et le sponsorise largement lors de ses visites. Mais il sait garder la bonne distance. Le troisième temps s’appelle « Le monde est un polder : qu’est-ce que cela implique pour nous ? », titre très clair. Le temps est venu du bilan et des propositions d’action. Il reprend les deux grilles initiales et en fait le bilan au regard de ce qui a été vu (quelques inévitables répétitions émaillent cela). Puis il propose douze solutions répondant aux douze éléments étudiés (au passage, nous mettons ici en évidence la fait qui m’a beaucoup gêné quand j’ai étudié le livre, à savoir qu’il n’y a pas huit processus présentés au début, comme il l’écrit lui-même, mais bien sept !). Je ne les détaille pas ici, il faut en effet avoir lu le livre pour pouvoir les évaluer. Il présente ces douze réponses sur l’aire spatiale de Los Angeles, celle que connaît son public étudiant. Il applique là une démarche strictement ellulienne en énonçant des idées reçues diverses sur chaque problème, en les critiquant et avançant des propositions. Ce n’est pas un manuel d’activisme politique, mais il y a de bonnes pistes dont devraient se saisir à la fois les politiques et les citoyens.

Appendice :

Quatre-vingt pages très utiles et riches. D’abord un atlas fort bien venu qui situe toutes les sociétés étudiées, sauf, bizarement, Los Angeles. Il y avait pourtant matière à carte. Deux pages de remerciements et on enchaîne sur une très intéressante bibliographie. Elle est construite en suivant le plan du livre et se présente, en fait, comme une discussion bibliographique, voire historiographique des thèmes. C’est excellent pour aller plus loin sur l’un ou l’autre des exemples. L’anglais y domine évidemment très largement. Enfin le traditionnel index clôt l’ouvrage.

Nous avons donc affaire à une somme. Quoi qu’il arrive ce livre fera date. D’abord parce qu’il est une pierre blanche sur le travail des sciences humaines et fait l’état des lieux sur certaines questions à l’orée du XXIème siècle . Ensuite, parce qu’il prend acte de certains problèmes contemporains graves et les consigne par écrit : on ne pourra plus jamais dire, « nous ne savions pas ! ». Enfin parce qu’il offre une base extrêmemnt sérieuse de réflexion pour les choix cruciaux et urgents qui sont à faire. A nous de décider de notre disparition ou de notre survie. Jared Diamond ne dit rien d’autre que ce que disaient inlassablement des penseurs français comme René Dumont, Jacques Ellul, Bernard Charbonneau ou Théodore Monod. L’heure des choix est arrivée : qu’allons-nous faire ? Commencez-donc par lire ce livre, il deviendra une des pierres angulaires de votre bibliothèque. A commander ici par exemple.




repondre à l'articleimprimer l'article

  • Effondrement - Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie - Jared Diamond - Gallimard essais - 2006

    TT  - le Mai 2013 2013
    Bienvenue donc dans l’anthropocène, l’ère où il va falloir à apprendre à penser, agir et gouverner en pensant systématiquement aux conséquences (pour reprendre la réflexion d’un autre livre à lire : Développement durable ou le gouvernement du changement total de Yannick Rumpala).





Plan du site avec articles.
RSS 2.0

Mes autres sites :
 Bibliathèque
 Pensée libre
 Little Romania
 Musiques et Mots
 Le Blog à Jean-mi