dans la marge le site

Accueil du site Géographica Les mondes du froid Les Petits Peuples du nord de la Russie

Les Petits Peuples du nord de la Russie

Publié le mardi 21 janvier 2014

Les "Petits Peuples du Nord de la Russie"

C’est sous cette dénomination que les Russes regroupent la mosaïque de peuples autochtones (43 recensées en 2000 par la Fédération de Russie) qui se distribuent à travers l’Arctique et le Subarctique eurasiatiques, notamment en Sibérie.

19 ethnies appartiennent - de manière permanente ou non, beaucoup étant nomades - au domaine arctique ; une classification ethnolinguistique simple permet de les répartir entre 3 grandes familles : ouralo-sibérienne, altaïque et déné-caucasienne.

(JPG)
carte des ethnies à l’époque URSS

De l’ouest à l’est : Sâmes - Nénetses - Mansis - Selkoupes - Énetses - Khantys - Kètes - Nganassanes - Dolganes - Évenks - Évènes - Youkaghirs - Tchouvantses - Tchouktches - Kéreks - Alioutors - Koriaks - Aléoutes - Inuit

La grande famille ouralo-sibérienne, la plus ancienne de Sibérie, occupe une place importante dans le nord de la Fédération de Russie. Elle se divise en 5 familles : finno-ougrienne, samodie, youkaghire, eskaléoute et luorawetlane (ou tchoukotko-kamtchatadale).

· La famille finno-ougrienne se subdivise en 2 branches : fennique avec les Sâmes et ougrienne avec les Khantys et les Mansis.

· La famille samodie (anciennement samoyède) compte 4 ethnies : Énetses, Nénetses, Nganassanes et, plus au sud, Selkoupes.

· La famille youkaghire ne compte plus que 2 ethnies : les Youkaghirs et les Tchouvantses.

· La famille eskaléoute est établie à la fois en Asie et en Amérique, mais c’est sur le continent américain qu’elle connaît sa plus grande expansion avec 2 peuples emblématiques de l’Arctique : les Eskimos Yupik (Inuit de Sibérie et d’Alaska) et les Aléoutes. On estime que le tronc commun eskaléoute s’est scindé en Inuit et Aléoute vers -3000/-2000.

· La famille luorawetlane fit partie pendant longtemps d’un ensemble hétéroclite appelés "langues paléo-asiates". La branche compte 4 ethnies ressortissant au monde polaire (Alioutors, Koriaks, Kéreks et Tchouktches). Le groupe kamtchatadale n’est pas inclus dans le monde polaire (Kamtchatadals et Itelmènes) pour des considérations d’ordre géographique et ethno-génétiques.

La grande famille altaïque est représentée dans l’Arctique sibérien par 2 familles : les langues turques parlées par les Yakoutes et les Dolganes, et les langues toungouzes parlées par les Évènes et les Évenks. Les peuples toungouzes ont pénétrés en Sibérie au début de notre ère. Ils ont atteint l’Arctique vers l’an 1000, pratiquement au moment même où les Yakoutes commençaient leur progression vers le sud. Les Yakoutes (ou Sakhas) ne sont pas considérés comme une minorité car la population comptait 382.000 individus en 1989

La grande famille déné-caucasienne, dont la seule famille arctique est dite yénisséïenne , est représentée par l’ethnie des Kètes. Des études récentes la placent au sein d’un vaste ensemble regroupant langues basques, caucasiennes, yénisséïennes et sino-tibétaines. Leur origine est aujourd’hui encore sujette à discussion.

Source : "Le monde polaire - Mutations et transitions", sous la direction de M.-F. André, éditions ellipses, 2005

Quelques ethnies représentatives des "Petits Peuples du Nord de la Russie" :

· Les Énetses sont établis sur la rive orientale du fleuve Yénisséï et la partie adjacente de la péninsule de Taïmyr. Ils comptent seulement 327 individus (2002). Cette petite ethnie présente tous les signes d’une société proche de l’extinction.

· Les Nénetses (anc. Youraks) vivent en Sibérie occidentale et au nord-est de l’Europe. Leur aire de peuplement est considérable (1 million de km²), de la péninsule de Kola jusqu’à celle du Taïmyr. C’est la plus importante minorité autochtone du Nord avec 41.454 âmes recensées en 2002. leurs activités traditionnelles vont de l’élevage du renne dans la toundra, à la chasse et la pêche dans la taïga.

· Les Aléoutes de Sibérie sont établis sur l’archipel du Commandeur (îles de Bering et du Cuivre). La population aléoute de Russie s’élevait à 592 personnes au dernier recensement de 2002, marquant un déclin par rapport à celui de 1989 (644). Environ 200 Aléoutes ont quitté leur île pour s’installer au Kamtchatka. Les activités traditionnelles sont la chasse aux mammifères marins, la pêche et le ramassage des coquillages.

· Les Tchouktches vivent dans le District autonome de Tchoukotka, au Kamtchatka ainsi qu’en Yakoutie. Leur population s’élève à 15.827 personnes (2002). Comme les Koriaks dont ils sont proches culturellement, on distingue chez eux les continentaux, éleveurs de rennes nomades, et les côtiers, chasseurs-pêcheurs sédentaires.

· Les Évenks (anc. Toungouzes) ont un domaine encore plus étendu que celui des Nénetses : il va de l’Arctique à la Mandchourie, le fleuve Amour et la Mongolie, soit 2,5 millions de km². Leur population est de 36.377 âmes (2002). La population du Nord pratique la renniculture et la chasse.

À ces ethnies, dont les populations sont toutes inférieures à 50.000 personnes, les Yakoutes (ou Sakhas) peuvent être ajoutés aux peuples de l’Arctique sibérien.




repondre à l'articleimprimer l'article






Plan du site avec articles.
RSS 2.0

Mes autres sites :
 Bibliathèque
 Pensée libre
 Little Romania
 Musiques et Mots
 Le Blog à Jean-mi