dans la marge le site

Accueil du site Géographica AGRO-VETO Massif des Vosges, une synthèse

Massif des Vosges, une synthèse

Publié le mercredi 2 janvier 2008

Nous partons de l’article de Wikipedia et complétons celui-ci sur les aspects économiques et culturels, avec une importante iconographie qui apporte une masse de renseignements à qui sait lire els images.

Massif des Vosges

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.(voir l’(article complet et illustré sur le lien)

Point culminant Grand Ballon (1 424 m) Âge du massif Paléozoïque Type de roches Roche métamorphique, roche sédimentaire, Roche magmatique

(PNG)

Les Vosges (Vogesen en allemand) sont un massif montagneux situé au nord-est de la France marquant la frontière naturelle entre la Lorraine et l’Alsace. Son nom vient du dieu antique Vosegus, et il l’a transmis au département lorrain des Vosges.

Son point culminant est le Grand Ballon (autrefois Ballon de Guebwiller) qui atteint 1 424 mètres d’altitude. Le terme ballon est le nom usuel des montagnes des Vosges, pour des raisons sans doute plus mystérieuses qu’il n’y paraît (cf. infra).

Le sud du massif fait partie du Parc naturel régional des Ballons des Vosges tandis que l’extrémité septentrionale constitue le Parc naturel régional des Vosges du Nord.

Orogenèse

(JPG)

Les Vosges appartenaient auparavant à un ensemble plus vaste qui fut scindé en deux lors de la création de la faille rhénane, au tertiaire, sous la pression des mouvements alpins. Ceci aboutit à la situation actuelle, avec une vallée du Rhin bordée de part et d’autre par le massif des Vosges et celui de la Forêt-Noire en Allemagne.

(JPG)

Masse de roches magmatiques (granite) et métamorphiques (gneiss), le socle hercynien - commun aux Vosges et à la Forêt-Noire - date du début de l’ère primaire. Durant l’ère secondaire, ce socle se couvrit d’un dépôt de grès rouge dû à l’érosion de l’actuel bassin Parisien. Ce fut ensuite une série d’immersions et d’émersions de ce socle par des mers plus ou moins chaudes et profondes, permettant des sédimentations diverses. Durant tout le tertiaire, l’érosion mit à nu le vieux socle hercynien dans le sud plus relevé du massif, laissant des traces de sédiments gréseux très anciens, plus importants vers le nord. L’activité volcanique, avérée au Miocène, resta cependant mineure.

L’ère quaternaire et ses glaciations vont laisser des traces sur le relief, creusant de larges vallées en auge, laissant nombre de lacs (dont celui de Gérardmer) et de tourbières, et donnant au massif cette forme de ballons arrondis.

Aujourd’hui encore, le sol peut bouger au niveau d’anciennes failles de l’écorce terrestre, notamment sous la pression de la remontée de la plaque africaine sur l’Europe. Le 22 février 2003, un séisme de magnitude 5,4 centré à Saint-Dié-des-Vosges l’a rappelé.

Description

Le massif des Vosges offre un profil très dissymétrique, opposant le sud cristallin et le nord gréseux, l’ouest en pente douce et l’est accidenté.

Les Vosges cristallines se composent d’une crête principale en forme de J inversé, à laquelle viennent se greffer plusieurs chaînes secondaires séparant les vallées des affluents de la Moselle côté lorrain et de l’Ill côté alsacien. Au nord de la vallée de la Bruche, les Vosges gréseuses forment une suite de collines qui s’achève en Alsace en forêt de Hardt.

Les 14 sommets vosgiens de plus de 1 300 m sont :

* le Grand Ballon (1 424 m) * le Storkenkopf (1 366 m) * le Hohneck (1 363 m) * le Kastelberg (1 350 m) * le Klintzkopf (1 330 m) * le Rothenbachkopf (1 316 m) * le Lauchenkopf (1 314 m) * le Batteriekopf (1 311 m) * le Haut de Falimont (1 306 m) * le Gazon du Faing (1 306 m) * le Rainkopf (1 305 m) * le Gazon de Faîte (1 303 m) * le Ringbuhl (1 302 m) * le Soultzereneck (1 302 m)

(GIF)

Liste à laquelle s’ajoutent d’autres sommets notables :

* le Petit Ballon (1 272 m) * le Markstein (1 265 m) * le Ballon d’Alsace (1 247 m) * le Ballon de Servance (1 216 m) * le Drumont (1 200 m) * le Molkenrain (1 123 m) * le Champ du Feu (1 099 m) * le Donon (1 009 m) * le Climont (965 m) * le Vieil Armand (856 m)

(kopf signifiant tête en allemand et en alsacien)

Étymologie de « ballon » Le terme ballon est le nom usuel des montagnes des Vosges. Le bon sens attribue volontiers cette dénomination à la forme de ces sommets arrondis par l’érosion. Cette version est cependant contredite par la traduction allemande, Belchen, et deux hypothèses sont considérées :

1. une référence au culte celtique de Belenos - dieu du soleil - qui fut célébré jadis sur les éminences les plus dégagées du massif ; 2. un oiseau, le foulque - justement nommé Belchen en allemand - dont la petite calotte blanche sur le crâne peut évoquer les chaumes sommitales recouvertes de neige.

Cols et tunnels

Les cols vosgiens sont généralement ouverts en toutes saisons, à l’exclusion d’une partie de la route des Crêtes, non déneigée jusqu’au printemps. Le tunnel Maurice-Lemaire, utilisé initialement pour le transport ferroviaire, a été aménagé pour le trafic routier mais est actuellement fermé en attendant une mise aux normes conformément aux exigences de sécurité actuelles, ce qui entraîne pour trois ans une déviation par le col de Sainte-Marie. Le projet de tunnel entre Bussang et Urbès s’est limité à la moitié du percement et a été abandonné en 1938 faute de moyen.

Les cols vosgiens peuvent être classés en quatre catégories :

* Cols de liaison entre Lorraine et Alsace, du nord au sud o de Saverne (410 m), du Donon (729 m), du Hantz (636 m), de Saales (556 m), de Sainte-Marie (772 m), du Bonhomme (949 m), de la Schlucht (1 135 m), col de Bramont (956 m), d’Oderen (884 m) et de Bussang (727 m). * Cols de liaison entre Lorraine et Franche-Comté, d’est en ouest o du Ballon d’Alsace (1171 m), des Croix (758 m), du Mont de Fourche. * Cols situés en Lorraine, du nord au sud : o de la Chipotte, du Haut Jacques, de Martimpré, de Grosse Pierre. * Cols situés en Alsace, du nord au sud : o de la Charbonnière (960 m), de Fouchy (608 m), de Fréland (831 m), du Calvaire (1144 m), du Linge, du Platzerwasel (1182 m), col Amic, col du Grand Ballon et du Hundsrück.

Documents joints




repondre à l'articleimprimer l'article






Plan du site avec articles.
RSS 2.0

Mes autres sites :
 Bibliathèque
 Pensée libre
 Little Romania
 Musiques et Mots
 Le Blog à Jean-mi