dans la marge le site

Accueil du site Géographica Espace etudiants PARIS UN POLE DE COMMANDEMENT UNE CAPITALE CULTURELLE & UNE VILLE (...)

PARIS UN POLE DE COMMANDEMENT UNE CAPITALE CULTURELLE & UNE VILLE MONDIALE

Publié le mardi 10 mars 2009

SOMMAIRE DU DOSSIER

1/ Paris, un rôle de commandement et de représentation 2/ Les arrondissements de Paris 3/ La Défense 4/ Plan des cinq arrondissements centraux 5/ Le Panthéon, éléments architecturaux et historiques

Paris : un rôle de commandement et de représentation

L’histoire de France a lié trop intimement pouvoir politique et pouvoir économique pour qu’il soit possible de passer sous silence le premier en parlant du second : c’est la présence du pouvoir politique à Paris qui a suscité la concentration d’activités économiques, soit par les consommations induites (luxe lié au train de vie des classes dirigeantes, commandes publiques), soit par son poids dans les décisions et les financements. Le premier septennat de François Mitterrand (1981-1988), avec la nationalisation des grandes entreprises, aura sans doute vu l’apogée de cette concentration du pouvoir, avant que privatisations, intégration européenne et mondialisation ne redistribuent en partie les cartes. Cependant, la centralisation française a laissé de nombreuses traces, notamment sur la ville de Paris. C’est là que se trouve, parmi les grandes institutions de la République (présidence, gouvernement, Parlement...), le ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, centre nerveux de l’économie française, longtemps installé au Louvre, bâtiment hautement symbolique, et qui a trouvé à Bercy (1989) des locaux plus fonctionnels. Le ministère de l’Équipement et des Transports, quant à lui, est le seul à avoir quitté Paris pour La Défense, où il fallait bien trouver une utilisation à l’Arche, mais les bureaux du ministre et des membres de son cabinet restent boulevard Saint-Germain, à proximité de Matignon. Les relations entre dirigeants de l’économie et de l’administration sont d’autant plus faciles qu’ils sont souvent anciens élèves des mêmes grandes écoles, toutes situées jusqu’il y a peu en région parisienne, écoles d’ingénieurs ou École nationale d’administration (É.N.A.), qui a décidé en 2005 son transfert complet à Strasbourg.

(JPG)

Le rôle de commandement concerne autant le secteur privé que le secteur public. Les « emplois métropolitains supérieurs », appelés auparavant par l’I.N.S.E.E. « emplois stratégiques », sont caractéristiques des capitales. Ils correspondent au croisement des catégories socioprofessionnelles de cadres ou ingénieurs, et de « fonctions dont le contenu décisionnel est élevé, ou qui contribuent à l’image de la ville où elles s’exercent ». En 1999, l’aire urbaine de Paris concentrait 45 % des emplois supérieurs français, et ces emplois étaient au nombre de 800 000, soit 16 % de l’emploi régional. On les trouvait d’abord et essentiellement dans les services aux entreprises (pour 36 % d’entre eux), puis dans l’industrie (14 %), la recherche, et les finances. Ces emplois supérieurs sont encore largement concentrés dans la ville de Paris (38 %), surtout dans le VIIIe arrondissement et les quartiers qui l’entourent, mais la petite couronne vient tout juste de dépasser Paris avec 39 % de ces mêmes emplois, grâce à La Défense et aux communes voisines. Le « glissement vers l’ouest » de la capitale économique hors des murs de la ville a ainsi franchi, au tournant du siècle, une étape décisive. Encyclopedia Universalis 13- 2008

(JPG)

Les arrondissements de Paris sont numérotés selon une forme spiralaire du centre vers la périphérie (comme un escargot). Les arrondissements centraux sont ceux qui concentrent tous les pouvoirs (politiques, culturels, commerciaux et bancaires). Mais la place manque depuis une cinquantaine d’années et il a fallu chercher et trouver un autre lieu pour les pouvoirs économiques. On a choisi d’édifier un Centre des Affaires appelé La Défense. On l’a situé dans la droite ligne de l’axe des pouvoirs centraux. La Défense, en région parisienne, est le premier quartier d’affaires européen par l’étendue de son marché de bureaux[1]. Il est situé dans les Hauts-de-Seine à l’ouest de Neuilly-sur-Seine et dans le prolongement de l’axe historique parisien qui commence au musée du Louvre et se poursuit par l’avenue des Champs-Élysées, l’arc de triomphe, et au-delà jusqu’au pont de Neuilly et la Grande Arche de la Défense[2].

(JPG)

On considère traditionnellement que la Défense correspond à l’espace aménagé par l’Établissement public pour l’aménagement de la région de la Défense (EPAD). Il s’étend historiquement sur une partie des communes de Puteaux, Courbevoie et Nanterre. Depuis 2000 toutefois, la partie se trouvant sur le territoire de Nanterre ne dépend plus de l’EPAD mais de l’EPA-Seine-Arche[3]. Le quartier est majoritairement constitué d’immeubles de grande hauteur, regroupant principalement des bureaux (environ 3 millions de m²). La Défense est cependant un quartier mixte : elle accueille 600 000 m² de logements et l’ouverture du centre commercial des Quatre-Temps en 1981 en a fait un pôle commercial majeur en région Île-de-France. Aujourd’hui, le quartier compte environ 150 000 salariés et 20 000 habitants [4]. Il s’étend sur 160 ha, divisés en 12 secteurs distribués à l’intérieur et à l’extérieur du Boulevard circulaire de la Défense. Les différents espaces sont reliés par une vaste dalle piétonnes de 31 hectares [4], où l’on trouve des jardins suspendus et une soixantaine d’œuvres d’art qui en font un musée en plein air. La Défense n’est pas un centre d’affaires isolé, mais se situe dans une vaste zone de l’ouest parisien où l’activité tertiaire est particulièrement puissante[5]. Bien que La Défense soit souvent présentée comme étant « aux portes de Paris », la Grande Arche est plus proche des Yvelines que de Paris intramuros[6].

Voici les plans des arrondissements centraux. Les divers lieux de pouvoir sont indiqués.Ils sont classés selon la Seine, d’abord les arrondissements de rive gauche (en suivant le cours du fleuve), 5ème, 6ème et 7ème arrondissements, puis ceux de rive droite, 1er et 8 ème.

(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)

Maintenant voici quelques éléments de repérage sur le Panthéon, cet immense symbole de la République française.

(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)

vous pouvez télécharger le dossier complet sur le Panthéon à l’adresse suivante :

dossier PDF Panthéon

La perspective de la rue Soufflot amène directement au Jardin du Luxembourg sur lequel voici quelques photographies et deux liens utiles.

D’abord une vue générale :

(JPG)

Puis une vue du Palais du Luxembourg, qui abrite le Sénat, chambre haute du Parlement Français :

(JPG)

Enfin la fontaine Marie de Médicis, qui fut à l’origine du projet :

(JPG)

deux sites pour en savoir et voir plus :

- article Wikipedia

- le site du Sénat

pour les lieux de pouvoir, on peut visiter les sites de La Défense, l’Assemblée nationale, le Sénat et les diverses organisations, comme l’UNESCO

Zip - 1 Mo
documents du dossier Paris

Documents joints




repondre à l'articleimprimer l'article






Plan du site avec articles.
RSS 2.0

Mes autres sites :
 Bibliathèque
 Pensée libre
 Little Romania
 Musiques et Mots
 Le Blog à Jean-mi