retour à l'article normal

Conférence de Michel Beaud le 14 juin 2006 lycée Camille Jullian Bordeaux



Le 14 juin 2006, l’économiste et auteur Michel Beaud, professeur émérite à Paris VII Jussieu a donné une conférence au lycée Camille Jullian, à l’invitation de Jean-Michel Dauriac, professeur de géographie en Classes préparatoires et de ses étudiants. Le thème était le suivant :

« Généralisation du capitalisme dans un monde inégal : l’engrenage fatal »

(JPG)

Devant un public d’une quarantaine d’étudiants très attentifs, l’auteur a développé l’idée de la généralisation des besoins au sein d’une planète marquée par les écarts de développement. Son point de vue est que tout besoin créé en occident, pour les gens aisés disposant d’un pouvoir d’achat permettant de l’assouvir, sera ensuite diffusé de proche en proche jusqu’aux pays les plus pauvres où il ne sera accessible qu’à une infime minorité. De nombreux exemples ont été pris pour illustrer ce propos.

(JPG)

L’aboutissement de cette démonstration est évidemment la question de la destruction ou de la pérennité de la planète et le thème des injustices, frustrations et misères sociales et économiques. Pour Michel Beaud, il est donc impératif de travailler sur les besoins. Cette conférence ne prétendait pas proposer de solution-miracle à la question posée, mais elle a ensuite permis un dialogue fécond avec la salle.


(JPG)

En effet, après une pause permettant de se rafraîchir et de digérer les propos de l’auteur, le temps des questions est venu. Elles furent précises et très réfléchies, prouvant que le public avait fort bien écouté le conférencier, mais avait aussi lu ses écrits et travaillé les thèmes. Michel Beaud répond toujours avec une grande précision, mais refuse d’apporter un avis péremptoire. Il incite les auditeurs, visiblement motivés, à « faire feu de tous bois » pour sensibiliser le public, les hommes politiques, les médias de l’urgence d’une action-réflexion sur les thèmes abordés. L’échange se poursuit même après l’arrêt de la conférence.

(JPG)

Tous, auteur, organisateur et spectateurs-acteurs furent d’accord pour dire que c’était un bon moment de partage intellectuel et d’engagement dans un combat titanesque mais existentiel.

Texte extrait de http://danslamarge.com